Partagez | 
 

 nature hates normality ϟ calypso

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rosalynn K. Graham
avatar

Féminin Tag line :
« Vi Veri Veniversum Vivus Vici. Par le pouvoir de la vérité, j’ai de mon vivant, conquis l’univers. »

Humeur : Fleur-bleue.
Messages : 15
Localisation : Forêt des songes.


MessageSujet: nature hates normality ϟ calypso   Jeu 26 Avr - 10:47

Aventureuse, tu t'avances sur le petit chemin parcheminé de gravillons. Où va-t-il te mener ? A-t-il une fin ? Tu ne le sais pas, et tu t'en contrefiches. Une seule chose t'importes en cet instant précis : oublier. Oublier les petits tracas de la vie quotidienne. Enterrer les souvenirs désagréables. Te concentrer sur la nature, sur sa beauté. Voilà ton réel objectif. Ton carnet de dessins dans une main, une minuscule trousse dans l'autre, tu marches, déterminée. Le regard alerte, tu cherches quelque chose. Un animal, une plante, un paysage. N'importe quoi. Tout te convient. Il faut dire que tu n'es pas une fille difficile, tu sais jouir des petites choses. Un mouvement attire ton regard, tu tournes la tête pour poser les yeux sur un petit mulot. Crispée, tu le laisses déguerpir sans un mot. Tu as beau vénérer la nature, certains de ses habitants te laissent en effroi. Alors avec un faible soupir, tu reprends ta route sur le sentier caillouté d'un pas léger.

Cela fait plus d'une heure que tu erres sans destination aucune. A quoi bon ? Tu avances, encore et encore pour t'enfoncer un peu plus dans cette jungle sans fin. Tu devrais être épuisée, et pourtant, tu te portes comme un charme. Étrange petite fille aux cheveux rosés que tu es. Un creux entre deux arbres attire ton attention. La fraîcheur qui s'en dégage est exaltante, tu es au comble du bonheur. Bien nichée dans ton trou de verdure, tu retires un crayon de ta petite trousse. Tu commences enfin à dessiner ce qui se présente sous tes yeux, ce que tu as vu avant d'arriver là. Puis, ton dessin achevé, tu t'affaisses contre le tronc inconfortable qui te surplombe de sa majestueuse cime. Mais comme toujours, tu n'es pas satisfaite de ton travail. Tu rechignes, tu grommelles, tu boudes. Une véritable enfant que voilà. Tout en marmonnant, tu tortures tes cheveux pour passer le temps. Tu lèves alors les yeux, et observes.

Les chaleureux rayons du soleil, filtrés par les branches épaisses, tombent par milliers sur ton visage radieux. Si tes parents, ton entourage pouvaient te voir comme ça.. Ils seraient heureux de voir à quoi ressemble ton véritable sourire et pas celui que tu empruntes pour affecter de l'amitié, de l'amour. Ce sourire faux, hypocrite, que tu ne quittes pratiquement jamais. Le chant des oiseaux, autour de toi, te berce. Doucement, délicatement, tu fermes les yeux et t'assoupis. Dans ce sentiment de paix qui t'entoure, rien ne pourrait venir hanter tes rêves. Non.. Rien. Tous tes soucis envolés, tous tes problèmes éloignés, tu t'endors, la chaleur du soleil t'assommant petit à petit.
Revenir en haut Aller en bas
http://endless-castle.forumactif.org/t137-rosalynn http://endless-castle.forumactif.org/t144-rosalynn-kimberly-graham#685
Calypso Claeys
avatar

Féminin Humeur : Stoïque
Travail : Héritière au trône, actuelle hôte de la Hellstone
Messages : 9
Localisation : Endless ou la Terre, qu'importe. Mon devoir reste de faire en sorte de ne jamais croiser le même chemin que ma soeur.


MessageSujet: Re: nature hates normality ϟ calypso   Lun 28 Mai - 17:12

Jeune altesse en quête d’espoir, jeune princesse en quête d’un soir. Quittant le château sans demander son reste, laissant là l’antre de son enfance. Passant outre les messes basses des habitants, passant outre les regards incessants. Marchant, l’air léger, le teint frais sans un but, errant telle une âme suivant instinctivement un sentier invisible. Hors de la capitale, tu avais abandonné pour une journée ta chère et tendre nourrice, cette amie, la seule femme que tu n’avais jamais aimée depuis tant d’années. Cherchant un lieu tranquille, pour fléchir et réfléchir. Lieu dans cette nature, presque indomptable. Endless recelait de petits paradis, aussi accueillants les uns que les autres. Dieu avait forgé cette terre pour les plus méritants, les élus d’un peuple soumis. Pourtant, aujourd’hui elle n’est habitée que d’ignorants. Les habitants te détestent pour ce que tu es, pour ce que tu as, ce que tu possèdes. Ce fléau, cette pierre, ce bijou, ce joyaux maudissant ton être, lui-même le maudissant à son tour, inlassablement. Artefact d’une guerre, appartenant membres de la royauté, porté depuis des générations par les souverains au pays. Était-ce de la faiblesse, que de ne pas avoir pu totalement résister à son pouvoir ?

Vêtue de ton accoutrement dit médiéval, tu traversais les plaines, masquant ton visage d’une cape sombre. Le soleil était depuis lors passé aux zéniths. Tu ne craignais que les animaux même peuplant ces terres, viennent à fuir en se trouvant sur ton passage. Les miasmes naissants de la pierre semblaient encore paisibles, te laissant tranquillement pour un certain temps. Depuis lors, tu y étais habitué. Brisant tes rêves, tu te trouvais à la lisère de cette forêt tant connue pour ses vertus apaisantes malgré ses abords non chaleureux aussi nommée, Forêt des songes. On sait les animaux en maître dans cette nature verdoyante, accueillants en présence d’étranger. Un écrin de verdure emplit d’oxygène, frais. Tu y pénétrais, cherchant à atteindre son bosquet tant aimé. Avançant au gré d’un sentier tracé à l’usure sous les pas mal habiles de ses nombreux visiteurs, tu t’enfonçais à un peu plus, de là presque sereine. Paysage magnifique, empreinte de magie, on pourrait y croire. Inconsciemment, tu te remémorais cette enfance presque heureuse, afin de passer le temps. Le visage souriant de ta sœur et de ta douce génitrice.

Observant les alentours afin d’y apercevoir un écureuil, ou bien encore l’oiseau dont tu percevais le chant, tu aboutissais finalement dans une petite clairière aux teintes colorés. Les rayons du soleil venant caresser ton visage encore masqué, tu constatais la présence assoupie, non-alertée d’une jeune demoiselle. Elle te paraissait étrange, sa chevelure d’une couleur peu commune attirait ton regard, tandis que tu t’en approchais. Jolie demoiselle aux traits fins et gracieux. Elle ne semblait pas avoir remarqué ta présence, alors que tu t’attardais sur le cahier se trouvant entre ses mains. Tu y distinguais l’esquisse d’une nature sans couleurs, quelque peu gommée. Et relevant ta capuche afin de laisser choir ta crinière d’ébène, tu prenais place, debout à ses côtés, tournant le dos, fixant l’atmosphère de ton air incroyablement stoïque.
    « La nature superbe, peut être parfois bien cruelle. » Tu parlais en ta propre expérience, il était évident que personne ne pouvait se douter de l’ampleur de ta tâche, du poids de ta vie.
Revenir en haut Aller en bas
http://endless-castle.forumactif.org/t72-calypso-claeys http://endless-castle.forumactif.org/t145-calypso-claeys
 

nature hates normality ϟ calypso

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Calypso.
» Calypso Acuos ; Maitre Jedi
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» So many thing to tell you ★ Calypso & Mathis
» Soins prodigués par la Nature. [PV : Lïo]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endless Castle : Le Château volant. :: Forêt des songes-
Sauter vers: